23 décembre 2016

Manche - Le navire errant

Les conteurs font maintenant sans grande conviction ces récits du gaillard d’avant, même lorsqu’il s’agit du vaisseau-fantôme, si redouté des marins d’autrefois. Cependant, il y a quelques années, des pêcheurs du littoral de la Manche croyaient encore à l’apparition, à peu de distance de la côte, d’un bateau fantastique et funeste aux marins. Certains disaient avoir aperçu, la nuit, le Navire errant, que l’on reconnaissait à ses feux, qui étaient rouges comme du sang et éclairaient à une grande distance ; mais il ne faisait... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 décembre 2016

Bocage normand - Jean j'm'assieds

Au cours des veillées, les jeunes Normands avaient de quoi se réjouir lorsque toute l'assistance décidait de jouer à Jean, j'm'assieds !Tout le monde s'asseyait en cercle, à proximité du foyer. Deux personnes restaient debout, l'une bandait les yeux de l'autre, appelée pour la circonstance "Jean". Après l'avoir fait tourner plusieurs fois sur elle-même, le silence régnait. Aidé par la première personne, Jean était invité à s'asseoir sur les genoux de l'un des participants et devait deviner à qui appartenaient ces genoux là.Inutile de... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 décembre 2016

Le Gloria normand

Le Gloria est un produit normand, et voici, d’après la tradition quelle est l’origine de ce mot.Dès l’introduction du café en France, son usage s’est rapidement répandu dans les ports de nos côtes. Mais comme c’était alors le règne de l’économie en toute chose, le café était servi à fort modeste dose, ce qui laissait beaucoup à désirer aux marins, par exemple, dont le palais recherche par préférence les sensations lourdes et brutales. Aussi, dans les ports de la Basse Seine, depuis Rouen jusqu’au Havre, les hommes de mer avaient-ils... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 octobre 2016

Les trois roses et les trois chiens

Un brave pêcheur vivait tant bien que mal du produit de sa pêche avec sa femme et ses trois enfants.Il avait beau se lever matin, prendre ses filets et rentrer fort tard de la pêche, il ne rapportait jamais que quelques petits poissons qu’il ne pouvait vendre. Depuis quelques jours surtout, il ne jouait que de malheur et la misère était grande dans sa chaumière.Ne sachant à quel saint se vouer, le pêcheur avait conduit sa barque au pied d’un rocher dans un endroit isolé, et tout en maudissant son existence, il avait jeté ses filets.... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 juillet 2016

Harfleur - Jean de Grouchy et les Cent Quatre

Un seigneur très populaire, le sire de Monterolier, le brave Jean de Grouchy, se joint aux campagnards qui, au nombre de vingt mille, se répandent dans le pays et vont jusque près de Rouen, défier le comte d’Arindelle et son armée. Le Carnier prête serment à Charles VII, entre les mains du maréchal de Rieux. Harfleur est investi par ces gens mal armés, sans aucune connaissance de la tactique, mais épris d’un violent amour de la liberté. Dans la ville vivaient quelques français restés comme serviteurs des marchands anglais. Ces... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 juin 2016

Le goblin

À propos de chevaux, avez-vous entendu parler du lutin qui vient, chaque soir, dans les écuries du père Frémien ? Je ne sais si c'est le Lutin ou le Goblin, ou si un esprit porte ces deux noms. On dit d'ailleurs que ce génie, ou comme vous voudrez l'appeler, est malin, espiègle et toujours disposé à faire quelques niches, quoique assez bon diable d'un autre côté, car il n'est pas trop exigeant pour sa grande puissance ; c 'est ainsi, du moins, qu'il s'est montré, en diverses circonstances, dans un grand nombre de lieux de... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 juin 2016

Montivilliers - la fête de la Mère folle

Cette vieille coutume, dont l’origine se perd dans la nuit des temps, subsista, ainsi que nous le verrons plus loin, jusqu’au XVIIº siècle. Voici sur sa célébration quelques détails que nous tirons de bonne source. La veille du 1ᵉʳ jour de mai, les jeunes gens du bailliage et des autres justices de Montivilliers, choisissaient parmi les jeunes filles de la ville, celle qui était la plus belle et la plus jeune, et la proclamaient reine de la fête. Ils lui formaient ensuite une cour, composée des autres demoiselles réputées pour leur... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 avril 2016

Le Codrille

Le Codrille est un petit œuf avorté, que le peuple croit avoir été pondu par un coq ; il n’y a que du blanc et point de jaune. Cet œuf renferme le germe d’un serpent, qui deviendrait monstrueux, si on le laissait éclore, et qui, après s’être caché quelque temps sous les toits ou dans les fentes d’une muraille, causerait les plus grands ravages dans le pays. On dit aussi que, lorsque le Codrille a atteint l’âge de sept ans, sans être vu de personne, il lui pousse des ailes, et que, le jour même où elles sont de force à traverser les... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 novembre 2015

Le goublin somnambule

Le goublin n’est pas méchant, loin de là, il est ami de l’homme et vit familièrement avec lui ; il prend toutes sortes de formes, tantôt c’est un gros chien noir qui vient tous les soirs se chauffer au coin du feu, c’est un lièvre ferré qui se promène sur un pont, un cheval blanc qui apparaît dans un pré voisin de l’habitation, mais le plus souvent c’est un matou noir, aux yeux brillants, qui parcourt la maison en grondant, s’assied dans l’âtre, et quelques fois se laisse caresser ; les goublins, quelque forme qu’ils aient,... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 juillet 2015

Le jeu du "bec"

Toute l’assistance se groupe en monôme, chacun tenant en main la basque d’habit ou la robe qui est devant lui. Deux joueurs seuls sont libres : un homme face au “serpent” et une dame à l’arrière, en serre file… L’enjeu est un baiser pour la perpétration duquel l’homme doit rejoindre et “happer” sa partenaire.Mais le monôme, vivement conduit par le joueur de tête, s’y oppose, étant toujours nez à nez avec l’homme au baiser, au “bec”.Naturellement, les contorsions du serpent articulé sont brusques ; et les dames qui le... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,