Coutumes et traditions n'ayant pas de localisation précise dans le texte.
23 décembre 2016

Manche - Le navire errant

Les conteurs font maintenant sans grande conviction ces récits du gaillard d’avant, même lorsqu’il s’agit du vaisseau-fantôme, si redouté des marins d’autrefois. Cependant, il y a quelques années, des pêcheurs du littoral de la Manche croyaient encore à l’apparition, à peu de distance de la côte, d’un bateau fantastique et funeste aux marins. Certains disaient avoir aperçu, la nuit, le Navire errant, que l’on reconnaissait à ses feux, qui étaient rouges comme du sang et éclairaient à une grande distance ; mais il ne faisait... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 décembre 2016

Le Gloria normand

Le Gloria est un produit normand, et voici, d’après la tradition quelle est l’origine de ce mot.Dès l’introduction du café en France, son usage s’est rapidement répandu dans les ports de nos côtes. Mais comme c’était alors le règne de l’économie en toute chose, le café était servi à fort modeste dose, ce qui laissait beaucoup à désirer aux marins, par exemple, dont le palais recherche par préférence les sensations lourdes et brutales. Aussi, dans les ports de la Basse Seine, depuis Rouen jusqu’au Havre, les hommes de mer avaient-ils... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 juin 2016

Le goblin

À propos de chevaux, avez-vous entendu parler du lutin qui vient, chaque soir, dans les écuries du père Frémien ? Je ne sais si c'est le Lutin ou le Goblin, ou si un esprit porte ces deux noms. On dit d'ailleurs que ce génie, ou comme vous voudrez l'appeler, est malin, espiègle et toujours disposé à faire quelques niches, quoique assez bon diable d'un autre côté, car il n'est pas trop exigeant pour sa grande puissance ; c 'est ainsi, du moins, qu'il s'est montré, en diverses circonstances, dans un grand nombre de lieux de... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 avril 2016

Le Codrille

Le Codrille est un petit œuf avorté, que le peuple croit avoir été pondu par un coq ; il n’y a que du blanc et point de jaune. Cet œuf renferme le germe d’un serpent, qui deviendrait monstrueux, si on le laissait éclore, et qui, après s’être caché quelque temps sous les toits ou dans les fentes d’une muraille, causerait les plus grands ravages dans le pays. On dit aussi que, lorsque le Codrille a atteint l’âge de sept ans, sans être vu de personne, il lui pousse des ailes, et que, le jour même où elles sont de force à traverser les... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 juillet 2015

Le jeu du "bec"

Toute l’assistance se groupe en monôme, chacun tenant en main la basque d’habit ou la robe qui est devant lui. Deux joueurs seuls sont libres : un homme face au “serpent” et une dame à l’arrière, en serre file… L’enjeu est un baiser pour la perpétration duquel l’homme doit rejoindre et “happer” sa partenaire.Mais le monôme, vivement conduit par le joueur de tête, s’y oppose, étant toujours nez à nez avec l’homme au baiser, au “bec”.Naturellement, les contorsions du serpent articulé sont brusques ; et les dames qui le... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 mars 2015

Les bergers musiciens

Malgré leur vie passée toute entière dans la solitude des champs, les bergers, au lieu d'être d'humeur morose, avait au contraire le caractère fort jovial. Musiciens pour la plupart, ils se plaisaient à donner le bal à la jeunesse d'alentour. Par une belle relevée d'un dimanche d'été, le promeneur entendait parfois la cantilène du flutiau, apportée par les souffles légers de l'air et, en approchant, garçons alertes et vigoureux s'enlevaient vis-à-vis des jeunes filles rieuses. Et tous de se trémousser avec une infatigable ardeur à... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 août 2010

La Taranne

La Taranne était, en Normandie, un animal qui avait la forme d'un grand chien. Cette ressemblance n'indiquait pourtant aucune sympathie entre lui et l'espèce canine, dont il était au contraire, le plus terrible ennemi. Pendant les nuits d'hiver, où elle faisait ses apparitions, la Taranne se plaisait à tourmenter les chiens, à les faire crier, lorsqu'elle n'allait pas, ce qui arrivait encore trop souvent, jusqu'à les dévorer. La Taranne empruntait souvent des figures plus séduisantes que celle du chien, revêtant, par exemple,... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 août 2010

Le portrait du diable

Généralement fourchu, cornu, velu, le diable est parfois un grand bouc ayant deux cornes par devant et deux par derrière, et que celles de devant se rebroussent en haut ; que le plus souvent, il n'a que trois cornes et qu'il a une espèce de lumière dans celle du milieu, laquelle sert à allumer les bougies du sabbat et celles de la messe qu'on y contrefait. Il y a devant lui ses parties sexuelles qu'il montre toujours, longues d'une coudée, écailleuses et sinueuses, en forme de serpent de grosseur médiocre, d'un rouge obscur. Le diable... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 17:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 août 2010

Le bonnet de coton

Sans souci des lois de la mode Jadis dans nos vallons normands D'une coiffure bien commode, On fit usage fort longtemps. Et, de fil, de soie ou de laine, Cette coiffure, dit-on Pour Jean-Pierre ou Madeleine C'était un bonnet de coton. On m'a dit que ma grand-mère Qui le portait à ses quinze ans Était belle sous lui naguère, Bien qu'elle n'eut ni fleurs, ni ruban. Surtout alors quand la fillette Au vent, égrenant sa chanson, Faisait voltiger la bouffette Du petit bonnet de coton. Quand elle épousa mon grand-père A la noce furent... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 août 2010

Eure - la chasse à la piterne

Si on se plaint fréquemment que la campagne manque de distraction, nous pouvons expliquer que la campagne ne possède évidemment pas la plupart des plaisirs de la ville mais elle en possède d’autres que celle-ci ne peut lui ravir. La pêche et la chasse sont de ce nombre, et se prêtent à certains divertissements dont nous ne donnerons ici, à cause de l’espace restreint qu’un seul exemple. Transposons dans une ferme où un commis, un ouvrier de culture, paraît plus naïf que ses compagnons. Une entente préalable s’établit entre ses... [Lire la suite]
Posté par Piterne à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]