Au cours des veillées, les jeunes Normands avaient de quoi se réjouir lorsque toute l'assistance décidait de jouer à Jean, j'm'assieds !
Tout le monde s'asseyait en cercle, à proximité du foyer. Deux personnes restaient debout, l'une bandait les yeux de l'autre, appelée pour la circonstance "Jean". Après l'avoir fait tourner plusieurs fois sur elle-même, le silence régnait. Aidé par la première personne, Jean était invité à s'asseoir sur les genoux de l'un des participants et devait deviner à qui appartenaient ces genoux là.
Inutile de dire que ce jeu plaisait aux jeunes gens qui se courtisaient !

A. MADELAINE - Au bon vieux temps. Récits, contes et légendes de l'ancien Bocage Normand